Le Global Performance Index en pratique

Voici un cas réel pour vous aider à comprendre le fonctionnement du GPI :

Contexte client : Caroline est une entrepreneure en série et cofondatrice d’une entreprise prospère en France. Une dirigeante qui coordonne plus de 100 personnes avec son co-fondateur.

Avec 3 enfants et une entreprise en pleine croissance à gérer, Caroline a estimé qu’il était temps de faire appel à un coach.

Elle voulait aborder les questions suivantes :

1) Un manque de motivation dans son travail quotidien.

2) Un problème de relation avec le co-fondateur.

3) Une mauvaise harmonie entre sa vie professionnelle et personnelle.

Principaux marqueurs issus de l'analyse GPI :

Top 3 / meilleurs scores : 

Tête : Embrasser le changement

Corps : pratique régulière du sport

Esprit : S’appuyer sur des valeurs fortes

 

Top 3 / scores les plus bas : 

Tête : Anxiété 

Corps : Prendre du temps pour soi 

Cœur : gérer une conversation difficile 

Directions proposées par le GPI : 

Les scores élevés du GPI de Caroline sont clairs:

  • Embrasser le changement – il est important d’emmener Caroline plus loin. Lors de nos sessions suivantes, cela s’est avéré essentiel.

  • La pratique régulière du sport est extrêmement positive car elle garde son corps en forme tout en éliminant l’énergie négative et l’encombrement mental.

  • Avoir des valeurs fortes est également un atout important qui lui permet d’être claire sur ce qu’elle veut.

Ces scores élevés sont des bases solides sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour avancer.

Les scores bas sont tout aussi importants. Ils offrent généralement la clé pour comprendre pourquoi le coach est là ! Au cours de notre session, voici les points clés qui sont ressortis : 

  • Caroline consacre une grande partie de son temps professionnel à effectuer des tâches peu intéressantes pour elle, ce qui la motive peu, la rend moins performante et génère une anxiété du a une productivité réduite.

  • Caroline prend peu de temps pour elle-même. Elle se sent donc épuisée, avec un niveau d’énergie limité. Cette situation crée un terrain propice à plus d’anxiété.

  • Enfin, sa difficulté pour gérer des situations difficiles a créé des tensions avec le co-fondateur, qui est lui-même une cause d’anxiété.

  • A noter aussi un manque de concentration qui est dû à des tâches in-intéressantes. Elle remet à plus tard et s’impose des heures supplémentaires qui réduisent le temps passé en famille.

Comment progresser à partir de là ?

  • Le GPI a offert des réponses claires pour Caroline. Dès le départ, elle a pu décider de ce sur quoi elle voulait progresser. Au cours de notre séance de coaching, nous nous sommes concentrés sur les points sous-jacents ayant une incidence sur ses difficultés actuelles.

  • Anxiété : les problèmes qui ressortent sont un manque de concentration et une mauvaise harmonie travail / vie privée. Caroline est une perfectionniste et n’a pas le temps de tout gérer. Elle a décidé de concentrer son temps de travail pour ajouter de la valeur à son entreprise. Cela lui permettra de se « focuser » sur ses domaines de compétence artistique. Elle veut discuter avec le co-fondateur et voir comment ils pourraient apporter ce changement. L’impact sera un meilleur alignement sur ce qu’elle aime, une procrastination réduite, une valeur accrue pour l’entreprise et une meilleure harmonie travail / vie.

  • Gérez les conversations difficiles : le problème qui se pose est sa relation avec le co-fondateur. Au cours de notre session, nous en avons identifié un manque de confiance en soi et de courage a été soulevé En conséquence, elle ne pouvait pas soulever les points qu’elle voulait. Pour sa première action, Caroline a décidé de clarifier ses points de douleur. Elle engagerait ensuite une conversation claire avec le cofondateur. En tant qu’entraîneur, je savais que la session suivante devrait inclure une reconstruction complète de sa confiance en soi. La confiance en soi permet l’expression, l’action et la manifestation de ce qui compte personnellement pour vous.

  • Prendre du temps pour soi-même : les problèmes soulevés sont l’anxiété et la mauvaise harmonie travail / vie. Au cours de notre session, nous avons discuté des avantages de prendre du temps pour elle-même, qui consiste à reconstituer son énergie, être plus efficace dans son travail. Caroline a décidé de se créer une fenêtre pour méditer tôt le matin avant de commencer sa journée. Le rôle du coach est ici de s’assurer que l’exécution est en ligne avec la décision. 


Connecteurs : le GPI a clairement indiqué à Caroline que tout était connecté. Son anxiété est liée en partie au manque de conversation authentiques et au fait qu’elle est peu intéressée par ce qu’elle fait. La conséquence en est un coût direct pour sa vie de famille.

Avantages immédiats du GPI dans cette situation :

  • Tous les éléments mentionnés ci-dessus ont été couverts lors de la session initiale. Le GPI fonctionne comme un accélérateur du coaching, il permet d’identifier les déclencheurs sous-jacents et traiter les problèmes apparus dans la vie de Caroline.
  • Nous avons également identifié immédiatement les atouts pour créer une vraie transformation : “capacité à accepter le changement” et “pratique régulière du sport” – nous allons les utiliser pour nous attaquer aux points faibles.
  • Le GPI offre la clarté nécessaire pour connecter des points qui semblaient initialement déconnectés.

Rôle du GPI en fin de coaching

  • Après une période de coaching de 3 ou 6 mois, le GPI est produit une seconde fois. Cela permet d’évaluer les progrès réalisés au cours du parcours de coaching. En plus de tous les changements concrets, cela nous permet d’examiner la nouvelle cartographie en fonction des changements accomplis. Nous avons ainsi une mesure claire de l’impact profond du coaching. En fin de coaching, les principales améliorations ont concerné les trois points ci-dessus : Anxiété, prendre du temps pour elle-même et être capable de gérer des conversations difficiles.